Benjy

Je m’appelle Benjy, j’ai été trouvé avec ma copine Karamelle, sous un arbre,  secteur Pierrette au Lamentin.

Nos propriétaires nous avaient lâchement abandonnés.

Nous étions en bien mauvais état.

Notre comportement laissait à penser que nous avons été maltraités.

 Benjy et Caramelle

Nous ne remercierons jamais assez les bonnes âmes qui nous ont sauvés.

Faute de place en famille d’accueil nous avons dû être rapidement transférés dans un refuge en métropole.

Nous sommes arrivés dans les Ardennes le 5 Juin 2013 exactement. On était au  printemps, heureusement pour nous car il fait parfois très froid dans ce département.

Tellement craintif, j’étais le seul, parmi des dizaines de chiens, à ne pas aboyer en voyant les visiteurs passer devant mon box.

Quand le personnel venait nettoyer ma cage ou me donner à manger, je baissais de suite la tête comme un malheureux. Je faisais peine à voir.

Une semaine après, un jeune couple ayant décidé d’adopter un chien est venu faire le tour des boxes.

Ils sont immédiatement tombés sous mon charme. Je n’avais que huit mois mais semblais avoir un passé tellement lourd à porter.

Le week-end suivant je franchissais la porte avec eux.

J’étais anxieux et triste de laisser Karamelle derrière moi.

Je ne savais pas encore qu’ils allaient m’offrir une vie de rêve. 

J’étais encore bien maigre à cette époque mais j’ai bien changé depuis. Je suis passé de 18 à 30 kilos !

Vous imaginez !

10177288_10201218910789752_3684195136593162707_n

Mes maîtres disent qu’avec moi c’est le bonheur à l’état pur. Et je pense exactement la même chose !

J’ai assisté à leur mariage, j’avais mis un beau bandana pour la circonstance.

J’étais aussi heureux qu’eux et cela se voyait !

Benjy heureux

Cela fait quatre ans maintenant que je suis à leurs côtés.

J’ai repris un peu confiance en l’humain, enfin juste avec mes maîtres et leurs proches. Avec les autres la méfiance est toujours de rigueur, je garde des séquelles des coups que j’ai reçus quand j’étais petit.

La famille s’est agrandie depuis, une petite fille est née, je veille sur elle comme sur la prunelle de mes yeux. Je la considère comme le bébé que je n’ai pas eu.

J’ai eu des nouvelles de Karamelle. Elle a eu moins de chance que moi. Elle est d’abord restée au refuge jusqu’en Octobre, cela dû lui sembler bien long la pauvre.

Puis elle y est revenue, je ne sais pas pour quelles raisons ses maîtres ne l’ont pas gardée. Pauvre petite karamelle.

Mais elle a fini par trouver également la maison du bonheur, un an après notre départ de Guadeloupe.

Son passé elle l’a laissé, elle aussi, derrière elle et s’est épanouie.

Karamelle 2

Je suis tellement content pour elle.

Nous sommes séparés mais nous savons que chacun est heureux et ça nous réchauffe le cœur.

Nous ne sommes pas trop loin de l’autre, peut-être qu’un jour nous nous reverrons ?

Si cela se produit je ne manquerai pas de vous le dire.

 

Ecrit par Emilie et Melba.