Kozak__le_vagabond

Je suis un vieux chat, j’ai plus de dix ans.

Je suis dans un triste état, cassé de partout, j’ai été plusieurs fois tapé par des voitures. J’ai quelques blessures apparentes et je dois être malade car j’ai beaucoup maigri ces derniers temps.

kozak en gros plan

Une dame m’a vu dans la rue récemment et a eu pitié de moi. Elle me donne à manger et à boire quand elle me voit. Je ne peux pas toujours avaler ce qu’elle m’apporte car je m’alimente très peu maintenant.

kozak mange 99

kozak mange pour blog

Je bois par contre beaucoup car avec cette chaleur, cet été, je suis complètement déshydraté.

Kozak boit

Elle vient toujours avec une chienne trop dynamique pour moi. Quand je la vois je file me réfugier dans le premier jardin venu, je mets juste une barrière entre nous, je ne pars pas très loin.

kozak jardin

La dame m’a baptisé Kozak, qui signifie le vagabond dans certaines langues slaves. Je suis blanc comme de la neige et comme il fait froid dans ces pays de l’Est, ce nom me va comme un gant. C’est le premier que l’on me donne. Je ne mourrai pas anonyme.

Elle m’a pris en photo aussi, je n’ai pas l’habitude que l’on s’intéresse à moi comme cela.

Ne me voyant plus pendant quelques jours, elle a cherché à savoir où je vivais et a donc appris récemment mon histoire.

Je suis né dans le jardin d’un vieux papy, il y a plus de dix ans, j’y ai vécu avec ma maman et ma fratrie. Nous étions heureux tous ensemble. Le monsieur nous aimait et s’occupait bien de nous, mais les gens du quartier nous appréciaient nettement moins.

Quand il est parti rejoindre les étoiles, ils ont appelé la fourrière qui a attrapé toute ma famille, moi j’ai réussi à m’échapper. Depuis je vis seul.

La maison a été reprise par une femme qui ne m’a pas rejeté, heureusement, mais je me méfie des humains maintenant alors je suis toujours resté à distance me contentant de venir manger ce qu’elle dépose pour moi.

Durant ces années, je me suis beaucoup baladé dans le village, je m’aventurais parfois à plusieurs kilomètres, très indépendant j’ai mené une vie de chat vagabond et sauvage.

Et dans mon errance j’ai eu des accidents, je me suis bagarré avec des congénères et j’ai rencontré des gens qui ne m’ont pas voulu que du bien.

Ces derniers temps, les riverains jetaient les gamelles que la promeneuse déposait pour moi sur le trottoir. Ils ne veulent pas que cela attire d’autres chats, je suppose. Ils sont indifférents comme beaucoup à la misère animale.

La dame sait maintenant que j’ai à manger et à boire dans le jardin, elle n’en déposera plus pour ne pas me mettre en danger mais je sais que si je la rencontre elle me donnera encore quelques croquettes et de l’eau  … ça me fait du bien de savoir qu’elle pense à moi. Sa chienne est vive mais elle a l’air gentil.

J’ai aussi un copain dans la maison en face, on s’entend bien. On est souvent ensemble.

kozak et son copain

Je sais que la dame me trouve triste, je ne suis pas en super forme c’est vrai mais je mène ma petite vie tranquille maintenant.

A force de la rencontrer, peut être que je m’approcherai d’elle un jour … peut être que je la laisserai me caresser …

 

Ecrit par Mabel

 

Kozak est parti rejoindre les étoiles dimanche 24 Septembre 2017, il est venu rendre son dernier soupir dans sa niche à chat dans le jardin où il était né. Kozak a fini de souffrir ... RIP petit chat vagabond.