Rantanplan_

Je suis un jeune et beau créole, je vivais en Guadeloupe, à Port Louis plus précisément, sur le site de Beauport. Je devais déranger car des personnes malintentionnées ont tenté de m’empoisonner.

 

Heureusement, j’ai été secouru et emmené chez le médecin des animaux par des âmes plus généreuses.  Il me disait condamné au vu de mon état, il faut dire que j’avais aussi la vilaine maladie des vers du coeur, mais j’ai manifesté une grande volonté de survie. Je sentais que ma vie de misère était du passé et je me suis battu pour connaître des jours meilleurs et j’ai gagné !

Des touristes m’ont gardé durant leurs vacances, j’ai été heureux avec eux, j’ai passé un mois de bonheur intense, soigné, choyé, je découvrais la digne vie que tout créole a le droit de connaître.

             Rantaplan 0          

Mais quand mes maîtres, qui n’étaient que provisoires, je ne le savais pas, ont dû quitter la Guadeloupe, j’ai moi aussi été préparé pour le grand départ vers la métropole. Comme eux j’ai traversé l’océan dans le grand oiseau blanc.

Je suis parti au début du mois de Janvier 2015, dans un refuge où il faisait très froid. Il est situé dans le département du Pas de Calais, tout au Nord de la France.

J’y suis resté presque deux mois, je trouvais le temps long, j’attendais avec grande impatience qu’un visiteur s’arrête devant mon box et que la porte s’ouvre.

Ce grand jour est arrivé, j’ai suivi mes maîtres confiant et heureux. Mais mon bonheur fut de courte durée, deux mois plus tard ils me ramenaient. Je ne comprenais pas pourquoi je ne restais jamais très longtemps dans ma famille.

J’ai été transféré dans un autre refuge dans la région parisienne, je n’y suis resté que quelques jours heureusement.

Une semaine plus tard je rencontrais ceux qui allaient m’emmener et cette fois me garderaient pour la vie.

Mais je les laisse vous écrire eux-mêmes  …

L'adoption de Rantanplan a eu lieu au mois d’avril 2015.

Nous étions à la recherche d'un futur compagnon de longue date, nous avions   hâte de le trouver mais ne voulions pas précipiter les choses.

Nous sommes allés dans deux refuges sans avoir de coup de cœur, nous en   avons donc cherché d’autres dans la région parisienne et nous sommes arrêtés   sur l’un d’eux à Hermeray, dans les Yvelines.

Par un beau jour ensoleillé, nous avons pris nos deux voitures car Antoine   devait partir directement au travail après notre visite. Nous avons été très   bien accueillis par les personnes de l’association, qui nous ont expliqué la   marche à suivre.

Nous avons donc commencé à faire le tour des enclos. Dès le départ, un   chien a retenu l'attention d'Antoine. En toute franchise, je ne m'y suis pas   attardée plus que cela. Nous avons donc continué.

Quelle tristesse de voir tous ces animaux attendre que l'on vienne les   chercher, même si le personnel s'occupe très bien d'eux. Un véritable   crève-coeur. Hélas, on ne peut pas tous les aider.

Notre petit tour terminé, Antoine me proposa d’aller revoir le chien qu’il   avait remarqué quelques instants plus tôt. Une bénévole nous raconta le peu qu'elle   savait de lui.

Il s'agissait de Rantanplan, âgé de 2 ans, berger créole, apparemment   très sage depuis son arrivée au refuge quelques jours plus tôt.

Elle nous proposa alors d'aller promener Rantanplan. C'était parti !

Nous avons commencé la balade en tenant la laisse, chacun à notre tour.   Antoine, qui avait eu un chien auparavant était très à l'aise. Moi, par   contre, je ne savais pas comment me comporter. J'étais assez impressionnée et   intriguée.
  Rantanplan était en effet très sage et obéissant. Il a tout de suite obéi à   Antoine qui lui a dit de s’asseoir et de donner la patte.

Nous avons parlé pendant cette promenade et nous sommes vite rendu compte   que c'était une évidence, Rantanplan partirait avec nous, tout de suite !

Nous sommes ensuite allés dans le bureau pour raconter nos impressions.   Nous étions sur un petit nuage !

Après quelques détails administratifs, Rantanplan quitta donc le refuge avec   nous !

Antoine partit à son travail, tandis que je ramenais le petit père à la   maison. Alors qu’il était installé dans la voiture, je n’étais pas très à   l’aise. J’avais peur de ses réactions. Mais, il était tout calme, comme si il   savait que le calvaire était derrière lui. Peut-être aussi parce qu’il   n’était pas bien car il finit par vomir dans ma voiture. L’émotion ou ma   conduite un peu trop sportive ?

Arrivé à l'appartement, il a fait sa petite visite; reniflé tous les   recoins. Il était désormais chez lui.

Depuis, nous avons quitté la région Parisienne pour retrouver notre   Bretagne natale, ou nous avons acheté une maison avec un petit coin de   jardin.

Nous avons Rantanplan depuis bientôt trois ans et l'avons amené chaque   année en vacances avec nous. Cet hiver nous partirons tous les trois à la   montagne pour son baptême de neige. Et oui, un créole à la neige !

Nous ne regrettons pas à un seul instant notre rencontre avec lui. Je me   demande souvent comment j’ai fait pour ne pas avoir de coup de coeur   directement pour cette boule d'amour. Oui, parce que le plus drôle, c'est que   c'est moi la maîtresse de Rantanplan, alors que c'est Antoine qui l'a repéré   en premier !

    rantanplan


Je tenais à remercier toutes les personnes qui ont permis à Rantanplan d'être   avec nous, en bonne santé, parce qu'il est vraiment devenu un membre de la   famille, à part entière. Merci pour tout ce que vous faites.

Voilà, mon histoire se termine, je me joins à ma maîtresse pour remercier   toutes celles à qui je dois d’être heureux aujourd’hui.

 

Ecrit par Ludivine et Mabel